jeudi 7 juin 2018

LA PROG:

ZËRO    (rock protéïforme avec un trëma)


Si leurs récentes collaborations avec Virginie Despentes et Béatrice Dalle ont donné aux lyonnais le coup de projecteur qu’ils méritaient, ce n’est là que le plus récent chapitre d’une histoire commencée jeune et il y a plus de 25 ans par Eric Aldéa, déjà accompagné du batteur Franck Laurino. Au sein des Deity Guns (89-93) puis de Bästard (93-98) et en une poignée d’albums (dont des productions signée Lee Ranaldo de Sonic Youth ou Andy Briant de Tortoise*), ils ont tout simplement été les pionniers du post-rock en France.
Et pourtant le chapitre qui arrive aujourd’hui ressemble presque au « debut album » d’une jeune formation pétrie d’une fougueuse et insatiable envie d’en découdre avec le monde. Un monde complexe, angoissant, oppressant même, et pourtant riche de sa confusion. « Ce serait pas un peu le bordel ? » semble demander le titre de ce nouvel album et set-live : Ain’t That Mayhem" sorti le 27 avril 2018 (label Ici d’Ailleurs).



ZARBOTH:  (rock indocile)

UNE VIDEO EN CLIQUANT ICI


Une formation née en 2007 de la rencontre d’Etienne Gallochet batteur de We Insist!, et de Phil Reptil , guitariste de la Théorie du Reptile. Zarboth ? Ce pourrait bien être un dieu grec extralucide tant leur musique a des allures d’Illiade et d’Odyssée d’un rock post apocalyptique, ou bien une créature extradée des enfers enchaînant des chansons propres à faire basculer toutes les évidences en réveillant les morts, ou encore une toupie folle dopée aux épinards. Leur troisième album se nomme "There's no devils at all, it's just the system", à ranger entre Frank Zappa et Les Zombies.






















ADAM & THE MADAMS   (pop garage lo-fi)


UNE VIDEO EN CLIQUANT ICI


Ce trio se passe des conventions et des courants. Les Adam and the Madams maîtrisent à la perfection le garage façon sixties, certes, mais s’attardent brillamment sur un format beaucoup plus pop pour un résultat bluffant : eux le caractérisent simplement comme de la “wild garage pop noise”



























TOMBOUCTOU    (Top-notch noise-rock)


Tombouctou est un trio lyonnais : une chanteuse, un guitariste et un batteur. Ces deux derniers prennent énormément de place, semblent se livrer une lutte sans merci qu’aucun des deux ne gagne réellement jamais. La batterie est intensément et presque constamment martelée et tordue par des frappes d’une violence inouïe et précise. La guitare – parfois doublée par des effets et des boucles – délivre des sensations noise comme on n’en entend désormais que trop rarement dans les milieux autorisés, des explosions dissonantes et des déchirures aigues ... le patron c’est la chanteuse. Au petit jeu du marquage à la culotte et du pousse-toi de là que je m’y mette, elle renvoie vite-fait bien-fait ses deux collègues bucherons-équarisseurs dans leurs platebandes. Elle vocifère, hurle, martèle (elle aussi) ses mots, change de registre avec une facilité aussi déconcertante que magnifique, elle met tout le monde à genoux mais ce n’est pas là l’essentiel, elle est déjà ailleurs, elle parle, vit intensément les paroles"
(Extrait de l'article : http://www.perteetfracas.org/zine/kros2017/kros_t/tombouctou_ceiling_coast.htm)
























BOB COOPER    (shaman post-numérique)

UNE VIDEO EN CLIQUANT ICI


Orchestre solitaire, BOB Cooper malaxe les genres en confrontant l’électricité des guitares et basses à des rythmes électroniques alambiqués. Métamorphosant ces éléments sonores dans les réseaux tortueux d’un éco-système d’effets, il ré-orchestre l’ensemble de ces transformations à l’aide d’un capteur de mouvements, sorte de theremin du futur au-dessus duquel ses mains dansent et pratiquent un chamanisme numérique. De textures étirées à des rythmes effrénés, de mélodies cristallines aux couches de guitares impétueuses, ses incantations sonores forment un périple organique, accidenté et envoûté.






















WOOFLON 's RABAZINGUE PARTY (#foliedanslagrange#playlistbiendétraquée#beaubordel#40ansdevotreserviteur)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire